Defiscaliser avec le PERP et préparer votre retraite

Préparer sa retraite avec Le PERP : défiscalisation et complément de revenu

Après la vie active, vient la retraite et les droits à la retraite. Anticiper sa vieillesse, c’est bien entendu cotiser auprès de votre caisse de retraite selon la réglementation du système de retraite mais c’est surtout opter pour une gestion financière qui va diversifier votre revenu net global.

Cette période de cessation d’activité signifie bien souvent déficit significatif de ses revenus. Afin de dépasser cette baisse de pouvoir d’achat, il faut penser au bénéfice des produits d’épargne et de placement.

Devenez des investisseurs pour vous créer des capitaux et assurer la sécurisation de votre compte bancaire et compte épargne. Perco, Prefon, Perp, assurance vie multisupport… à vous de choisir la complémentaire retraite qui vous convient pour une meilleure capitalisation.

Sans attendre l’âge de la retraite, vous pouvez ainsi souscrire en prévoyance au PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire). Parmi les placements financiers du marché, il est celui qui permet au bénéficiant d’épargner, de réduire ses impôts et de percevoir des revenus complémentaires.

Financer ma retraite avec le PERP

Payer moins d’impôts aujourd’hui pour une retraite complémentaire demain !

Mieux qu’un livret d’épargne, moins risqué qu’un PEA (Plan d’Epargne en Actions), le PERP désigne un contrat d’assurance qui offre une retraite supplémentaire aux adhérents.

En plus de la retraite de base, son objectif est de fournir un supplément de revenu net et garanti, payable sous forme de rente viagère. C’est donc une retraite par capitalisation (différente de la retraite par répartition et de la pension de retraite du régime obligatoire d’assurance vieillesse).

Ouvert à tous, il offre des avantages fiscaux pour les personnes dont la tranche marginale d’imposition est d’au moins 30%.

Sorti en 2003 suite au projet de loi sur les retraites, et après avoir connu des revers significatifs, le PERP (Plan d’Epargne Populaire) connaît un fort regain d’intérêt depuis 2015, grâce à de nombreuses améliorations mises en place depuis 2010 et en particulier la défiscalisation du PERP. Défiscaliser le PERP a suscité une forte adhésion à ce dernier.

Et c’est ainsi que fin 2015, la Fédération Française des Sociétés d’Assurance pouvait compter plus de 2,34 millions de PERP. Avec 109 000 nouvelles souscriptions, c’est un vrai rebond. Les cotisations ou versements comptabilisaient plus de 2 milliards d’euros et l’encours atteignait à lui-seul 14,2 milliards d’euros. Ce qui représentait une incroyable hausse de 90% en seulement 4 ans.

Fiscalité : une vraie réduction d’impôt

Déduire les fonds investis de son revenu net imposable

Grâce à sa défiscalisation, le PERP offre un vrai avantage fiscal aux épargnants plutôt aisés. Le souscripteur y verse ainsi des sommes, chaque année. Cette enveloppe totale est alors déductible pour chaque personne du foyer fiscal, dans la limite d’un plafond total.
En 2011, le plafonnement des niches fiscales a été baissé à 18 000 euros et en 2013, à 10 000 euros. Et cela a été une vraie révolution qui a créé un réel et vif engouement pour le PERP au moment où certains pensaient définitivement l’enterrer. Sans compter que la déduction fiscale que ce plan épargne propose n’est pas comprise dans le plafond global des niches fiscales. Et ça c’est un vrai bonus qui représente un réel avantage par rapport aux traditionnels contrats d’assurance vie.

En définitive, plus vous êtes imposé, plus la réduction de vos impôts sur le revenu sera importante. Par exemple, après simulation, si vous déposez 20 000 euros sur votre PERP, en étant imposable dans la tranche à 45%, vous ferez une réduction fiscale de 9000 euros.

Une sortie en rente ou en capital

Depuis la réforme des retraites de 2010, il est désormais possible de récupérer tout ou une partie de votre épargne disponible en capital et non plus forcément et uniquement en rente viagère au moment de votre retraite. Une sortie en capital est ainsi permise : jusqu’à 20% du capital détenu (si le contrat le prévoit) et 100% si vous décidez de devenir propriétaire d’une première habitation principale (à la seule condition de ne pas avoir été propriétaire avant pendant 2 ans).
Une sortie 100% capital est également possible si le calcul de votre rente annuelle ne dépasse pas 480 euros (environ 40 euros par mois). Attention, ces cas de déblocage auront dû être vus et validés avant auprès de votre assureur. Comparez donc bien les différents PERP qui existent.
Et si vous êtes soumis à l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune), sachez qu’avec le PERP, vous bénéficiez d’une exonération. En cas de sortie anticipée, vous serez exonéré de cotisations sociales et vous aurez le choix de mutualiser les plafonds d’épargne retraite au sein de votre foyer fiscal.

En conclusion, la défiscalisation du PERP lui réserve un bel avenir et permet aux retraités de couler des jours heureux en toute sérénité…